--> Accueil - Paroisses - Nettine



NETTINNE

José Gennart
Edition revue et augmentée 2003 

N E T T I N N E

Paroisse (succursale) : rétablie en 1808. Diocèse de Namur en 1808. Doyenné de Marche en 1837. Secteur de Somme-Leuze en 1979.
Commune de Nettinne (et de Porcheresse pour le hameau Champ du Bois), puis de Somme-Leuze (et de Havelange pour Champ du Bois) en 1977.
Démembrement : Champ du Bois, annexé à la paroisse de Barvaux-Condroz, par A.R. 13.10.1999.

Eglise St-Martin : nef 1749, choeur vers 1776. Pourvue d'une tour par la commune vers 1904. Sacristie 1905. Classée le 28.4.1980.

Presbytère : échangé vers 1906 contre un autre bâtiment, que la commune a désaffecté en 1969.

Au 19è siècle, les habitants pieux de Nettinne sont conquis par la dévotion de N.D. de Lourdes.

passer la souris sur l'image pour l'agrandir

Une grotte est aménagée au pied d'une falaise de rochers. Elle se nomme l'Ermitage, depuis 1896, une statue en fonte grandeur nature de Notre Dame de Lourdes s'y trouve. La statue est bénie le 11 février 1896 et depuis octobre 1896, s'y déroule la procession le jour du Saint Rosaire.
C'est au Chanoine Charlier, vicaire capitulaire, que Nettinne doit l'approbation du pèlerinage, ...

Infos pratiques - Contact paroissial

  • Nom: Chantal Boon
  • Tél: 0495 32 58 03
  • Adresse: Rue du Monty, 1
  • mail:

NETTINNE

En 1629, le curé et le maïeur de Nettinne demandèrent au Prieur du couvent des Dominicains de Liège d'instituer dans leur village une confrérie en l'honneur du Rosaire et promirent d'orner une chapelle de leur église paroissiale d'un tableau représentant les Mystères du Rosaire,
Le 3 novembre 1630 a été inaugurée a Nettinne la Confrérie du Très Saint Rosaire. Gilles de Bohyrs avait accompagné le cure et le vicaire de Nettinne a Liège pour solliciter l'érection de la confrérie, Son fils Nicolas eut la charge de premier tambour de la Confrérie.
Depuis 4 dévotions ont été introduites dans la Confrérie:
- en 1631, la dévotion pour les trépassés
- en 1702, la dévotion pour le Rosaire Perpétuel
- à la fin du 18éme siècle, la dévotion à la Maternité de Marie
- en 1877, la dévotion du Rosaire Vivant,

La chapelle avait ses propres ornements sacerdotaux et des objets liturgiques. La Vierge était "habillée", elle possédait notamment des dentelles d'or et trois "belles couronnes".
Au 18éme siècle, des tableaux représentant les mystères de Rosaire ont été exécutes par un peintre namurois et sont encore en place,

Au 18è siècle, la dime est reprise par le chapitre de Visé.
L'abbé de Saint Hubert doit chaque année au curé 40 sacs d'épeautre et d'avoine, à prendre hors du décimage de Sinsin, qu'il est tenu de relever du seigneur temporel de l'endroit par-devant la cour féodale.

Paroisse médiane, dédiée a Saint Martin, démembrée de Heure; la titulature très ancienne de saint Martin, l'évangélisateur des Gaules et le destructeur des cultes païens, est caractéristique.

Patron: Saint Donat.
L'ég1ise aurait été construite suite au vœu du seigneur du lieu à son retour de croisade. Son fondateur l'avait dotée de telle manière qu'elle put être desservie par un curé ou Vesty nommé par le seigneur.

Ensuite la cure constitua un bénéfice dépendant du chapitre de Saint Lambert a Liège.
Au 15è siècle, elle bénéficie d'une centaine de fondations assurées par des rentes.


NETTINNE - La Ligne du temps ...

Noms en wallon: Nettenne. NENTINA 814 816. NETINES 1341 NETENE 1503 NECTENNES 1582 NETTENES 1589 1478 NETTINE 1343 NETTINES 1595 NETTINNES, NETTYNE 1512

La forme ancienne de ce vocable peut être interprétée comme un dérivé du nom germanique Nantho suivant Camoy qui estime une dérivation du celtique nant = vallée comme peu probable. Ce serait donc l'endroit habité par le germain Nantho.
D'aucuns écrivent Nettines, Nettinnes.
Sol: argile et schiste, marécage, rocailles terrain très inégal. Deux bancs de calcaire entre lesquels le ruisseau d'Heure a creusé son lit.

Nettinne Superficie: 604 ha., 567 ha 604 bonniers (1832) [76]
Altitude: 238 m au seuil de l'église.
Hydrographie: 2 ruisseaux l'Eau-de-Nettine affluent de la Marchette et de Bois d'Alne.
Population;
|Année|Habitants
|1801|  |98|
|1815|  |166|
|1840|  |225|
|1846|  |249|
|1890|  |240|
|1910|  |232/224|
|1938|  |182|
|1947|  |180|
|1961|  |187|
|1976|  |166|

Nettinne est un village fort ancien, qui semble avoir été un lieu de culte celtique (voir Trou del Heuve). En 1832, il subsistait un ancien moulin a farine, 2 fermes et 38 maisons rurales, construites la majeure partie en bois et argile, couvertes de chaume, étaient disséminées, il y avait une école primaire pour l'enseignement simultané et une église; la brasserie, 1 maréchal-ferrant
Principauté de Liège (quartier du Condroz)
Département Sambre-et-Meuse. Arrêté du 19 pluviôse an IV (8-2-1796) Heure, Nettinne et Hogne font partie de la circonscription cantonale de Marche. Arrêté du 17 frimaire an X (8-12-1801) Circonscription des cantons de justice de paix du département S-et-M, arrondissement communal de Marche, canton de Marche.
Circonscriptions judiciaires. Arrêté royal du 25-2-1825. Dans le canton de Marche, la commune de Nettinne est détachée du canton de Marche et passe au canton de Rochefort, qui lui est détaché de 1'arrondissement judiciaire de Marche pour faire partie de celui de Dinant.
Province de Namur. Arrondissement administratif et judiciaire de Dinant.
Canton de justice de paix de Rochefort.
Diocèse de Liège
de Namur (1802)
Évêché de Namur.
Liste des bourgmestres
LISSOIR-WODON Joseph 1850-1860
BODART Gustave 1861-1884
COTTIN Julien 1886-1893
WAUTHIER Cyprien 1894-1903
WAUTHIER Eugene 1904-1921
STERNON Joseph 1922-1926
CLETTE Arthur 1927-1932
PÂQUE Ernest 1933- 1946
PÂQUE Joseph 1947-1952
BILLY Louis 1953-1970
STERNON Roger 1971-1976

Époque franque

Exploré en 1905, le cimetière franc de Nettinne au lieu-dit "Village" se compose de 14 sépultures creusées dans le marbre rouge. On y a découvert 2 couteaux, une boucle de ceinturon près du squelette de la tombe n° 3, puis un couteau et un silex aux pieds du squelette de la tombe n° 7. Pas de trace de cercueil. La tombe n° l est garnie d'une muraille en moellons places au mortier et les tombes nos 2, 8, 10, l 1, l2, 13 de dalles mises à sec. Chaque fosse contenait un cadavre. À l'exception de la fosse n° 6 qui renfermait 3 squelettes, dont un placé au-dessus et en travers des deux autres, de la tombe n° 8 ou deux squelettes superposés étaient séparés par une couche de terre de 20 cm d'épaisseur, des tombes nos 10, 11, 12, 14, occupées chacune par 2 squelettes placés cote à cote. Les squelettes étaient en général assez bien conservés.

Du moyen-âge au 20è siècle

Le territoire de Nettinne coïncide avec celui d'une paroisse étendue ou l'abbaye de Saint-Hubert possède des droits en vertu d'une convention consentie en sa faveur par l'évêque de Liège Walcand des 817, droits mués en une redevance en nature affectée sur les dimes de Sinsin, encore perçue à la fin du l8é siècle. La donation de Walcand est confirmée par le pape Léon III et par l'empereur Louis le Débonnaire. La cure était à la collation du chapitre Saint Lambert a Liège, elle se situait au lieu-dit Les Quarteaux.
La tradition rapporte que lors de la translation du corps de Saint-Hubert de Liège à l'abbaye, le corps du saint a été déposé dans la chapelle de Nettinne qui se trouvait au lieu-dit Chipré.
La collation était au seigneur du lieu
Le domaine féodal est une des trente-deux hauteurs de la mairie de Ciney.


En 1269, Pierre de Thynes, dit Petrelo, donne en Eef à l'église de Celles les dimes et ses diverses propriétés a Nettinne. La puissante famille de Thynes possède donc des droits importants à Nettinne; Pierre dit Hustin de Nettinne est seigneur de l'endroit lorsque le 5 septembre 1341 son Fils, Jacques de Celles, chevalier, transporte a Jean roi de Bohème et comte de Luxembourg, une partie d'un bois dit le Bouz et un pré appelé le pré de Chamet, d'un ensemble de 63 bonniers sis entre Hubaille et Celles.
Jacques de Celles promet de tenir ce bois et ce pré, ses francs alleux, en fief du roi. Pierre, dit Hustin, signe cet engagement en même temps que le cure de Boisseilles Jean Lambars.
Parmi ces alleux se trouve le bois de Homeirmont, le bois à la Chapelle et des terres autour de Sinsin. Le 1°' juillet 1343, Pierre, avec son Els Jacques de Celles, Arnould d'Agimont seigneur de Thynes, Hubert de Waha et d'autres chevaliers, signe le traité d'a1liance entre la principauté, de Liège et le duché de Luxembourg.
Le 23 septembre 1424, Hustin de Nettinne est cité comme tambour de Catherine, fille de Daniel de Seilles et épouse de l'écuyer William de Warisoul.
En 1425, Hustin assiste Catherine lorsqu'elle relève le manoir de Seilles, suite au décès de son père.
Les droits de Pierre dit Hustin de Nettinne passent au cours du 15é siècle a la famille de Celles et au chapitre de Saint-Hadelin la Celles dont les sires de Celles sont les avoués.
Fin du 15è siècle, Nettinne passe au cours du l5è siècle à la famille de Boulan, déjà titulaire de la seigneurie de Dave et d'autres lieux; cette famille garde Nettinne jusqu'à la révolution française.
Jean de Boulan fait relief le 20 octobre 1481, Robert de Boulan, époux de Élisabeth de Hama] (= 1539); Eustache de Bousies, chevalier, seigneur de Vertain, relève le moulin de Nettinne pour Robert de Boulan (8 octobre 1509); Evrard de Boulan rachète la seigneurie qu'a vendue le seigneur de Soy (1553) et acquiert en même temps celle de Cerfontaine, Evrard n'a pas d'héritiers directs, laisse sa grosse fortune a des collatéraux et notamment lègue Nettinne et Sinsin à son neveu Lamoral de Boulan (16 mars 1575).
Il épouse le 27 janvier 1560, Marguerite d'Oignies, qui se titre vicomtesse de Dave, dame de Soy, de Nettinne et de Sinsin.
Nettinne et la vicomté de Dave échoie à Evrard de Barbencon, et à son épouse Louise d'Oost- Frise. Evrard meurt le 26 octobre 1607, et sa femme le 31 décembre 1608. Marie, leur Elle ainée, épouse Albert de Ligne, prince d'Arenberg et de Barbencon, comte d'Aigrem0nt et de Laroche qui meurt en avril 1674, laissant un Els, Octave de Barbencon, qui devient seigneur de Nettinne. Marie-Thérèse, Elle de ce dernier épouse en troisièmes noces, le duc de Montelane, sire de Vignacourt et laisse la seigneurie a son Els, Alphonse Solis de Vignacourt, dont la fille Marie Vincenza, épouse le duc de Feman·Nunez. Enfin, Maria del Pilar, fille du duc de Feman-Nunez, épouse le prince de Falcodada qui est avant la guerre propriétaire du domaine de Dave.
Mais il y a aussi d'autres seigneurs à Nettinne.
Ceux-ci semblent avoir été les seigneurs hautains, tandis que les autres ne sont que seigneurs fonciers.
La seigneurie foncière de Nettinne est dévolue des 1440 au chevalier Justin de Bohyrs, ensuite a Gilles de Bohyrs, Pierre de Bohyrs aussi seigneur de Sinsin la Petite (vers 1550); Gilles de Bohyrs, fils de Pierre, bailli de Nettinne, qui épouse le 27 octobre 1582, Noette de Modave de Masogne, fille de Nicolas de Modave; Nicolas de Bohyrs, seigneur de Nettinne et Sinsin, qui épouse Anne d'Onneux, Elle du bailli de Fronville; leur fils, Guillaume de Bohyrs, qui épouse Anna Agnès de Rougrave, dame de Biron, Trissogne et Pesesse, le 21 avril 1665; Anne Agnès, devenue veuve, épouse, le 22 décembre 1684, le haut scotier d'Ardenne, seigneur du Mont de Rochehaut; Anne Isabelle du Mont, fille unique des précédents, née au Petit Halloy (Braibant), le 8 avril 1690, épouse, le 17 janvier 1718, en la chapelle Saint Lambert a Haversin, Ernest Herman Joseph de Moreau des Fossez, dit de Gerbehaye, bailli de Haversin. Celui-ci meurt le 28 avril 173 7; sa compagne lui survivra jusqu'au 31 aout 1783. En 1779, la dame de Moreau a vendu Nettinne pour 75.000 florins Brabant a un riche propriétaire de l'endroit, Lambert Palate.
Celui-ci meurt à Nettinne, le 16 juin 1793, et sa veuve vend le domaine, en 1797, au conseiller Carte de Bruxelles, avocat à la cour suprême.
En 1836, le domaine passe par héritage dans la famille le Boulengé qui fait ériger le château vers 1847-1849, et le vend en 1894, a M. Thierry de Bruxelles.
Le 22 octobre 1948, le Baron Jean-Nicolas-Eugene-Marie Thiery vend la propriété à la commune d'Ougrée, pour 1.350.000 F. Celle-ci y construit notamment le bâtiment contenant la salle de jeux et la villa indépendante, et y organise un internat pour enfants "a problèmes".
Le 6 octobre 1976, la commune de Watermael-Boitsfort acquiert la propriété pour la somme de 13 millions de francs. Celle-ci y accueille, depuis avril 1982, les classes vertes des écoles communales de W·B, (inauguration le 5 juin 1982).

Guerre 1914-18: Invasion le 8 août 1914 pas d'incident.
3 déportés le 16 septembre 1916.

NETTINNE la presse en 1935 ...

Extrait d'un quotidien de 1935;

Dimanche dernier, la paroisse de Nettinne, du doyenné de Marche tenait brillamment sa place dans le concert ininterrompu de louanges a la Vierge qui, de dimanche en dimanche, dans notre diocèse, monte vers le trône de l'Immaculée. Depuis des semaines sous la direction de M. l'Abbé Durot, curé de la paroisse, on préparait l'imposante cérémonie. Tout était à point et le petit village, aux maisons proprettes, disséminées de-ci, de-là, dans la verdure ou au hasard des méandres du ruisseau d'Heure, apparaissait comme un joyau voué au bleu et au blanc.

Le matin, une messe de communion réunit à l'église la presque unanimité des paroissiens, préparés à la fête par les instructions du R.P. Antoine des Carmes Déchausses de Marche. A 3h. sous une brume qui hélas! Tantôt sera pluie violente, le frais cortège, œuvre de toutes les paroisses du doyenné, se forme place de l'Église. En tète, M. Pique, le sympathique bourgmestre, ceint de son écharpe, escorté de M. Anciaux, garde-champêtre et deux gendarmes de la brigade de Heure, un groupe de 60 jocistes, bérets verts, vélos garnis, récitant à haute voix le chapelet, fait une profonde impression.
Et toutes les paroisses du doyenné défilent dans un ordre impeccable, priant, chantant, invoquant la Vierge tutélaire. Nous notons au passage: Aye, sa fanfare St Séverin, son groupe flamboyant "Reine des Martyrs", Fronville et Baillonville dont nous admirons les chants d'une parfaite homogénéité, nous reconnaissons la maitrise du sympathique abbé Famerée, unie au souci de perfection liturgique de M. le Curé de Fronville; Heure présente de gracieuses porteuses de palmes, Hotton a réalisé le groupe du portement de la croix; un groupe de jeunes filles de Humain entourent une Reine de la Paix ravissante; Marche se masse derrière la statue de Notre-Dame du Rempart, le groupe d'hommes est très fourni; l'Abbé Dernivoy, curé de Marenne, si connu des pèlerins de Lourdes a voulu rappeler Massabielle à la suite d'un groupe d'enfants de chœur, vient une théorie de "Bemadettes", porteuses de lys et de houlettes qui évoquent gentiment la petite bergère de Bartrès; derrière sa fanfare, Marloie conduit ses groupes d'A.C.J.B. de mères chrétiennes et de Notre Dame des Champs, M. l'abbé Delvaux de Noiseux, a amené un groupe fort bien réussi "l'étoile du matin"; Mlles les baronnes Drion du Chapois, présentent avec la paroisse de Roy, un groupe somptueux, d'un gout irréprochable "La Reine des Vierges", un chef d'œuvre de belle ordonnance; M. l'Abbé Gillet, curé de Sinsin n'a pas réuni moins de 57 figurantes au centre desquelles trône, la Reine du Rosaire: costumes, attitudes, modestie, simplicité, tout concourt in faire du groupe de Sinsin un des joyaux de la procession; viennent encore Waha et Waillet, représentant la Rose mystique et la Reine des Anges.
La fuite en Égypte est représentée par la paroisse de Marche, un groupe de chantres précède M. le chanoine Collard, vicaire général, délégué de Mgr Heylen, M. l'abbé Dernivoy, curé de Marenne, et M. Lamar, secrétaire général au Ministère de l'agriculture. Par un chemin ondulant, à travers les prairies la foule se rend au pied de la grotte, dans un cadre d'une émouvante grandeur; dans le flanc des rochers, les sites religieux s'étagent; chemin de croix, grotte de Notre-Dame, autel ou parfois l'on vient dire la messe, ambon rustique taillé ai même le rocher; tout cela ombragé de hêtres gigantesques, de sapins élancés, de chênes séculaires; des oriflammes jettent de-ci de-là, une note fraiche et colorée et les groupes bleus, blancs, rouges, carmins apparaissent comme des peintures vivantes, accrochées a la cimaise des rochers sombres.
Tandis que les fanfares d'Aye et de Marloie jouent leurs plus belles marches, éveillant des échos profonds et sonores, la foule se masse, sous les grands arbres, docile aux indications des commissaires pleins de tact, M. l'abbé Dernivoy prend le premier la parole, il remercie chacun et dégage les leçons de la journée, à ce moment la pluie tombe drue et M. Jamar promet de venir refaire a la procession d'octobre le discours qu'il devait prononcer aujourd'hui; M. le vicaire général Collard remercie au nom de Mgr Heylen.

PAROISSES

Folklore

Jusqu'au milieu du siècle dernier, la jeunesse des villages des environs se rendait au Trou del Heuve, caverne accessible par Nettinne mais sur le territoire de Sinsin, le jour de la Chandeleur (2 février).
Cette tradition parait remonter à la plus haute antiquité et être en relation avec les cérémonies expiatoires que les anciens Belges faisaient à cette époque de l'année (Churode et Grand feu).

Spéléologie

Trou Ernest
Connu aussi sous les noms d'abime de Nettinne, trou du Petit Singe, trou du Renard, il est situé sur la rive gauche de l'Eau d'Heure, dans le bois bordant la route Nettine-Heure, à la hauteur de la borne K36. Il s'agit d'une fissure verticale dans un affleurement rocheux. Environ 150 m/ 25 m. Chatière, balcon, lac terminal, concrétions dans le réseau supérieur.

Grotte de l'Espoir
Connue aussi sous les noms de grotte du Bois de Champaille, ou grotte de Champaille, elle est située sur la rive gauche de l'Eau d'Heure, le long de la route Sinsin-Baillonville dans le grand tournant, au fond d'une petite carrière, à 150 m en amont du trou Ernest et de la borne K36, Il s'agit de 2 diaclases parallèles reliées par de petits boyaux, concrétions dans le réseau supérieur.