--> Accueil - Le grenier du SPSL



Les Archives

Le terme archives a trois acceptions. Il désigne :

  • les documents que l'on crée dans le cadre de son activité et que l'on conserve pour pouvoir s'y reporter un jour, notamment à des fins de preuve ;
  • les services et institutions qui les collectent, les classent, les conservent et les communiquent ;
  • les locaux réels ou virtuels où ils sont conservés

Les archives de ce site sont dites du troisième âge.

L'ARCHIVISTE du s.p.s.l.

passer la souris sur l'image pour l'agrandir

Souvenirs, souvenirs, ...

ARCHIVES OFFICES

Depuis la création du site du secteur paroissial de Somme-Leuze

Années par années et mois par mois Ci-dessous les trois derniers mois

Archives des Évangiles et Homélies

Année 2013 - mois par mois

Suivre l'actualité
sur FACEBOOK

Évangiles et Homélies précédentes ...
NOVEMBRE 2013
OCTOBRE 2013
SEPTEMBRE 2013
AOÛT 2013
JUILLET 2013
JUIN 2013
MAI 2013
AVRIL 2013
MARS 2013
FÉVRIER 2013
JANVIER 2013

Evangile du dimanche 1er septembre - 21è C

Evangile de Jésus Christ selon St Luc 14,1a.7-14.

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas, .......

  

Un jour de sabbat, Jésus était entré chez un chef des pharisiens pour y prendre son repas, et on l'observait.
Remarquant que les invités choisissaient les premières places, il leur dit cette parabole :
« Quand tu es invité à des noces, ne va pas te mettre à la première place, car on peut avoir invité quelqu'un de plus important que toi.
Alors, celui qui vous a invités, toi et lui, viendrait te dire : 'Cède-lui ta place',
et tu irais, plein de honte, prendre la dernière place. Au contraire, quand tu es invité, va te mettre à la dernière place.
Alors, quand viendra celui qui t'a invité, il te dira : 'Mon ami, avance plus haut', et ce sera pour toi un honneur aux yeux de tous ceux qui sont à table avec toi.
Qui s'élève sera abaissé ; qui s'abaisse sera élevé. »
Jésus disait aussi à celui qui l'avait invité : « Quand tu donnes un déjeuner ou un dîner, n'invite pas tes amis,
ni tes frères, ni tes parents, ni de riches voisins ; sinon, eux aussi t'inviteraient en retour, et la politesse te serait rendue.
Au contraire, quand tu donnes un festin, invite des pauvres, des estropiés, des boiteux, des aveugles ; et tu seras heureux, parce qu'ils n'ont rien à te rendre : cela te sera rendu à la résurrection des justes. » .

Homélie des 31 août et 1er septembre 2013

Puisqu'on nous a éduqué avec le but de bien réussir notre vie, de gravir les échelons de la société, d'être le premier ! On nous a même dit qu'il fallait bien choisir ses amis et ne pas fréquenter n'importe qui.

On nous a dit tout cela et voilà que Jésus nous dit aujourd'hui de prendre la dernière place et d'inviter chez soi tous ceux qui ont des problèmes dans la vie.

2 langages très différents, 2 options de vie qui ont des suites opposées dans l'existence.
En effet, celui qui veut occuper la 1ère doit nécessairement écraser les autres, les minimiser, voire même les écarter, …. C'est une manière de faire dont nous voyons les conséquences chaque jour.

Le regard de Jésus, qui nous parle d'humilité, de dernière place, produit tout autre chose : d'abord un regard méfiant de la part de ceux qui veulent les 1ères places, … si méfiant que ceux-ci vont condamner Jésus à mort. Oui, l'humilité souhaitée par Jésus mène aussi à cela, mais elle permet aussi d'autres relations bien plus intéressantes si nous voulons adopter les vues de Dieu. Quand on se fait humble devant nos frères et sœurs ou devant Dieu, nous devenons capables de relations respectueuses de l'autre et donc plus chaleureuses, car l'autre est valorisé et non pas écrasé, …. l'autre peut être lui-même, il peut exister pleinement et non pas vivre dans la crainte. En quelque sorte, celui qui vit dans l'humilité peut aimer vraiment pour toujours. L'humilité permet la durée de l'amour et lui donne des chances de grandir éternellement.

Notre Dieu connait cette histoire qu'Il vit avec son peuple depuis de nombreuses générations et s'Il n'avait pas eu l'humilité qui est la sienne en face de ce peuple, Il aurait lâché celui-ci depuis longtemps. Oui, notre Dieu a pris la dernière place, celle du serviteur, en face de son peuple qui rouspétait fameusement lors de son exode, Il lui a pardonné et envoyé de nouveaux prophètes quand Il l'abandonnait et voulait vivre sans Lui. Il nous a aussi envoyé son Fils Jésus, cadeau suprême, pour nous montrer le chemin qui conduit à la Vie Nouvelle, … cadeau que nous avons gaspillé en n'acceptant pas ses messages, en le mettant à mort. Mais Dieu n'en est pas resté là : il s'est à nouveau mis au service des hommes en le ressuscitant et en offrant aussi la résurrection. Tout cela a pu se faire parce que notre Dieu s'est fait humble, sans occuper la 1ère place, sans porter un regard accusateur sur le monde, mais un regard de respect pour chacun de ses enfants. Jésus a suivi ses traces, ce qui a déçu un certain nombre de personnages religieux et politiques du moment, mais combien d'autres ont été heureux de retrouver un sens à leur vie, de se sentir mieux parce qu'ils étaient accueillis,pardonnés ou guéris. Nous-mêmes, nous sommes heureux aujourd'hui de découvrir un Dieu qui est proche de nous, un Dieu qui nous respecte, un Dieu qui nous prend dans sa famille et qui nous fait confiance, …. C'est quand même toute autre chose qu'un Dieu qui prendrait la 1ère place, car ce dieu-là ferait de nous ses esclaves, nous serions des girouettes entre ses mains, les exécutants de ses ordres. Notre Dieu, nous, nous pouvons l'appeler " Père " et l'identifier à l'amour. Ainsi, nous ne sommes pas écrasés devant Lui, Il nous invite à sa table, qui que nous soyons, nous avons notre place à ses côtés, … même mieux, il nous demande de ne pas rester à la dernière place, mais d'avancer un peu plus haut … et il nous sert Lui-même.

Osons accepter ce regard sur notre Dieu et comme Lui, soyons humbles dans toutes nos rencontres, dans tout ce que nous vivons.

Évangile du 25 août: 21è dim C/2013

Évangile de Jésus Christ - St Luc .13,22-30.



Dans sa marche vers Jérusalem, Jésus passait par les villes et les villages en enseignant.
Quelqu'un lui demanda : « Seigneur, n'y aura-t-il que peu de gens à être sauvés ? » Jésus leur dit :
« Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et ne le pourront pas.
Quand le maître de la maison se sera levé et aura fermé la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : 'Seigneur, ouvre-nous', il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. '
Alors vous vous mettrez à dire : 'Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places. '
Il vous répondra : 'Je ne sais pas d'où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal. '
Il y aura des pleurs et des grincements de dents quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous serez jetés dehors.
Alors on viendra de l'orient et de l'occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu.
Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »

Homélie des 24 et 25 août 2013

20è 24 et 25 août - 2013

L'entrée au royaume de Dieu est semblable à celle des grands centres d'attractions où il faut faire la file pour entrer.
Tous y sont invités, mais il faut montrer patte blanche pour entrer…. et parfois subir une fouille.
Oui, Dieu souhaite que tous, absolument tous, nous ayons part au Royaume, mais pour y parvenir il faut entrer par la porte étroite, il nous faut également un peu nous délester, nous désencombrer,… même nous efforcer. (Le texte hébreu parle même de se battre pour être en vie, si battre comme on se bat pour la vie au moment où la mort nous rejoint. C'est la dernière lutte, l'agonie). Oui, on viendra de partout, : "On viendra de l'Orient et de l'Occident, du Nord et du Midi prendre part au festin du Royaume de Dieu." et entrerons ceux qui sauront passer par la porte étroite.

Mais que cache cette porte étroite ? L'évangile de ce jour nous en révèle au moins 2 secrets :
1) Le fait d'avoir et mangé et bu avec le Seigneur après avoir écouté sa parole, ne donne aucun droit, aucun privilège. Ainsi, le salut ne dépend pas uniquement de nos activités religieuses, ni de notre piété.
2) Le 2è secret de la porte étroite : c'est notre vécu quotidien où Dieu souhaite des relations fraternelles, des relations où l'on est au service les uns des autres. " Eloignez-vous de moi, vous tous qui faites le mal. "

Ainsi, la porte qui donne sur la Vie véritable n'est pas seulement celle de la pratique religieuse, c'est aussi celle qui nous demande de faire la volonté de Dieu et répondre pleinement à notre condition humaine comme à notre condition d'enfant de Dieu.

Autrement dit, piété et charité vont de pair, … ce qui rétrécit évidemment la porte d'entrée au royaume de Dieu et cela justifie l'invitation du Christ à faire des efforts pour créer la vie autour de nous.
En effet, quand on parle du royaume de Dieu, on peut faire le parallèle avec une vie pleine d'amour.

Aimer, c'est possible pour tout être humain, mais aimer dans la longueur, dans la fidélité, c'est moins évident et ceux qui réussissent à aimer pour toujours, c'est parce qu'ils y mettent le prix : ils s'efforcent d'y arriver par l'oubli de soi, la patience, le pardon, le partage des tâches ménagères, ….. aimer est possible pour tout le monde, mais la porte pour entrer dans l'amour est étroite.

Idem pour le royaume de Dieu : ce n'est pas un doux rêve qui se réaliserait par des prières et de belles paroles. Il exige que l'on retrousse les manches, que l'on se dérange pour servir la vie, que l'on se débarrasse des plaisirs faciles pour apprendre à mieux connaître notre Dieu et le servir en chacun de ses enfants.

Et là, nous avons du travail sur nous-mêmes. Aussi, accueillons l'invitation du Christ quand il nous dit :

" Efforcez-vous d'entrer par la porte étroite ! "

Evangile du dimanche 18 août

Évangile de Jésus Christ selon St Luc .12,49-53.

Jésus disait à ses disciples : « Je suis venu apporter un feu sur la terre, et comme je voudrais qu'il soit déjà allumé !
Je dois recevoir un baptême, et comme il m'en coûte d'attendre qu'il soit accompli !
Pensez-vous que je sois venu mettre la paix dans le monde ? Non, je vous le dis, mais plutôt la division.
Car désormais cinq personnes de la même famille seront divisées : trois contre deux et deux contre trois ;
ils se diviseront : le père contre le fils et le fils contre le père,
la mère contre la fille et la fille contre la mère,
la belle-mère contre la belle-fille et la belle-fille contre la belle-mère. »

Homélie des 17 et 18 août 2013

20è dimanche - Homélie 17 et 18 août - 2013

" Je suis venu apporter le feu sur la terre " dit Jésus.
Tout au long de l'histoire sainte, le symbole du feu a tenu une grande place.
Rappelons-nous Moïse devant le buisson ardent. C'est là qu'il prend conscience de la mission que Dieu lui propose : sauver son peuple de l'esclavage. Le feu de Dieu ici est un feu qui appelle à la liberté.
Plus tard, nous retrouvons des langues de feu sur les apôtres : c'est le moment où ils sont envoyés au cœur du monde pour y annoncer le message de libération des petits et des opprimés.

Mais ce feu qu'ils reçoivent va les mettre en opposition avec les pouvoirs politiques et religieux bien en place, comme avec des membres de leurs familles, de leur communauté. Pour eux, comme pour nous, vivre sous le regard d'un Dieu libérateur n'est pas facile, car on se trouve en contradiction avec la mode du moment, avec la pensée collective, avec la mentalité générale.
En effet, parler du don gratuit de soi, du partage équitable des biens de la terre, du souci pour les plus faibles et de Dieu, c'est intolérable pour bon nombre de nos concitoyens, parfois même chez des chrétiens.

Pourtant, c'est le langage de Jésus-Christ. Ainsi, nous avons à nous démarquer par ce feu intérieur qui vient d'ailleurs, même si cela provoque des divisions jusqu'au cœur de nos familles. On pourrait dire que le Christ Jésus y va un peu fort quand il nous demande cela, mais n'y-a-t-il pas là un trésor précieux à conserver ? le trésor de la Vie que Dieu à déposer en chaque être humain !!! C'est bien cela qu'il faut défendre envers et contre tout.

Le pape actuel , François, a des réactions qui vont tout-à-fait en ce sens quand il demande aux footballeurs de ne pas courir seulement après l'argent et d'être des modèles de solidarité et de fraternité en tout premier lieu.
Idem quand il souligne sa préoccupation de l'embrigadement des jeunes dans des sectes. Il va à contre-courant de ce qui se vit et s'attaque aux bonzes de la finance. Mais il y va parce qu'il croit que chaque être humain doit garder sa personnalité et sa liberté. Il voudrait que personne ne soit soumis au pouvoir de l'argent ou de la drogue.

Ainsi le pape François proclame les espérances de Dieu, …. et met la division au cœur d'organisations qui soumettent des hommes et des femmes au pouvoir d'un gourou, de l'argent ou de la gloriole personnelle. Puisse-t-il être entendu, pensons-nous avec le Christ Jésus !

Et c'est vrai, nous aussi, nous voulons un monde où tout être humain est comblé dans son humanité et sa divinité, … ce qui fait de nous des révolutionnaires, des gens qui sont à contre-courant.

Osons regarder ce chemin afin de nous y engager le plus tôt possible, malgré les risques nommés par l'évangile.

Evangile du 15 août/2013

Evangile de St Luc 1,39-56



En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l'enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l'Esprit Saint, et s'écria d'une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu'à moi ?
Car, lorsque j'ai entendu tes paroles de salutation, l'enfant a tressailli d'allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l'accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie rendit grâce au Seigneur en disant : « Mon âme exalte le Seigneur, mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s'est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
Saint est son nom !
Son amour s'étend d'âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d'Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s'en retourna chez elle.

Homélie du 15 août 2013

fête de l'assomtion de la Vierge Marie - 15 août - 2013



Quand les chrétiens lèvent les yeux vers La vierge Marie, ils ont voient souvent une jeune maman qui tient son petit enfant sur son cœur ou qui l'offre, …. Une jeune maman, attentive, délicate, un peu mielleuse.
Mais quand nous ouvrons l'évangile, nous découvrons une femme forte, pleine d'énergie, …. une femme enceinte qui courre à travers la montagne et qui fera le voyage jusque Bethléem lors des derniers jours de sa grossesse….. une mère qui retourne à Jérusalem pour chercher son fils qui n'a pas pris le chemin du retour, .... une femme qui a la tête sur les épaules, qui aime la fête et qui craint le capotage possible de la fête d'un mariage parce que le vin va manquer, …. une femme qui prie, mais avec des expressions qui parlent d'un monde selon les projets de Dieu, une prière qui devrait amener la révolution, ….. une femme qui aura encaisser les remarques de son fils quand celui-ci fait des amis de Dieu, sa mère et ses frères, puisqu'elle se trouve au pied de la croix pour l'accompagner dans sa mort.

Ainsi, Marie n'est pas une femme chétive, doucereuse, mièvre, mais vraiment une femme du peuple que les circonstances de la vie n'ont pas épargnée, … une vraie croyante en un Dieu proche, un Dieu qui est un ami, un Dieu qui veut des changements dans le monde pour que les petits de la terre soient respectés, reconnus, nourris, éduqués. Oui, la Marie de l'évangile, elle est ainsi faite et elle nous renvoie vers toutes ces femmes qui restent bien dynamiques au sein de l'église, au sein de nombreuses associations.

Sans les femmes, que serait notre monde ! Sans des femmes pareilles à la Vierge Marie, que seraient bon nombre de nos maisons, même si, aujourd'hui, des hommes ont parfois la bonne habitude de collaborer !

La Marie de l'Evangile est donc bien un modèle de vie extraordinaire, par le sens qu'elle donne à la vie, par son engagement quotidien, par sa foi.

Aussi mettons nos pas dans les siens pour vivre sous le regard de Dieu, avec le même dynamisme, même si nous devons lui poser la seule question qui a turlupiné la Vierge Marie : " Mais comment cela se fera-t-il ? ". Soyons sans crainte, comme on nous le demandait dimanche dernier, car le Seigneur nous assurera sa présence, comme il l'a fait pour Marie. Avec Lui, rien n'est impossible.

Aussi, je vous invite à aller de l'avant quoiqu'il arrive dans notre vie et à chanter chaque jour :

" Le puissant fait pour moi des merveilles. Saint est son nom ! "

Evangile du 11 août/2013

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,32-48.

Jésus disait à ses disciples : « Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.
Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône. Faites-vous une bourse qui ne s'use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n'approche pas, où la mite ne ronge pas.
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre cœur.
Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu'il arrivera et frappera à la porte.
Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.
S'il revient vers minuit ou plus tard encore et qu'il les trouve ainsi, heureux sont-ils !
Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l'heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts : c'est à l'heure où vous n'y penserez pas que le Fils de l'homme viendra. »
Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s'adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? »
Le Seigneur répond : « Quel est donc l'intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ?
Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail.
Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si le même serviteur se dit : 'Mon maître tarde à venir', et s'il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s'enivrer, son maître viendra le jour où il ne l'attend pas et à l'heure qu'il n'a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles.
Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n'a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n'en recevra qu'un petit nombre. A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage. .
A qui l'on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l'on a beaucoup confié, on réclamera davantage.

Homélie des 10 et 11 août 2013

18 dimanche - C - 2013

La semaine dernière, la parole de Dieu nous invitait à ne pas entasser des biens matériels dans notre grenier, car ceux-ci ne sont pas l'objectif de notre vie d'être humain.
Il fallait plutôt garnir notre grenier intérieur avec des relations chaleureuses pour tout être humain et pour Dieu lui-même. Les réflexions de l'évangile de ce jour prolongent ce regard sur la vie et nous demandent dans un premier temps d'éliminer toute crainte de notre vie, même si nous ne sommes qu'un petit troupeau, que quelqu'un à prendre Dieu avec nous dans le quotidien.

Vivre sans crainte, quelle gageure dans un monde où nous sommes largement surveillés par des caméras, par internet, par nos voisins, par la police. Oui, nous sommes sous surveillance, mais …. parfois ces surveillances sont bienfaisantes, par exemple pour la sécurité sur les routes, pour l'intégrité de notre maison, …. et pour notre destinée éternelle, puisque Dieu a trouvé bon de nous donner son royaume.

Ainsi, il y autour de nous des gens, des êtres qui veulent notre bonheur. A nous de bien regarder et de les découvrir : chose qui est facilitée si nous nous débarrassons des bourses qui s'usent pour revêtir la tenue de service et mettre toute notre énergie pour garder nos lampes allumées. C'est cela pour le Christ Jésus : se tenir prêts à toute heure, ….
oh non pas comme on l'a souvent dans l'Eglise en vue de notre mort, de notre comparution devant le grand juge, …. non rien de tout cela, car dans un tel contexte, nous entrons dans la peur, nous nous soumettons aux dictats des chefs, nous devenons des serviteurs sans cervelle, …. et ce n'est pas ce que Dieu a toujours rêvé pour nous.
Lui, Il veut tout le contraire : Il nous veut dans la sérénité, dans la joie, …. une joie qui est pareille à celle d'un enfant à qui on a promis une journée particulière. Alors cet enfant se lève très tôt le matin parce qu'il a la joie au cœur et il obligera ses parents à se lever eux aussi bien avant l'heure de départ. " Tenez-vous prêts " : cet enfant est prêt dans la joie pour la fête.

Idem chez les fiancés : l'être aimé peut arriver à n'importe quel moment, il sera bien accueilli parce que le cœur de l'autre est toujours en fête grâce à l'amour partagé. Son cœur est prêt à tout moment, sa lampe est allumée pour éclairer celui qui arrive.

Nous avons tous et toutes vécus ces situations d'attente de l'autre. J'espère que nous en vivons encore et qu'elles nous font grand bien au moment de la rencontre.
C'est vers ce bonheur que le Seigneur nous demande de courir aujourd'hui. Donc pas question d'y voir l'attente de notre mort, mais c'est une invitation à la fête de la rencontre où tous au service de tous, comme le Christ Jésus qui a mis dans chacune de ces journées, le désir de faire du bien aux uns et aux autres, tout en vivant sous le regard de Dieu son Père… un Père qui s'est à son service en marchant avec Lui, en lui communiquant son souffle de Vie et en lui rendant la Vie après sa mort sur la croix.

Soyez sans crainte, restez en tenue de service et le Seigneur prendra la tenue de service pour vous servir !

Evangile du 04 août/2013

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc 12,13-21.

Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Qui m'a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
Puis, s'adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d'un homme, fût-il dans l'abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
Il se demandait : 'Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte. '
Puis il se dit : 'Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j'en construirai de plus grands et j'y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années.
Repose-toi, mange, bois, jouis de l'existence. '
Mais Dieu lui dit : 'Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l'aura ? '
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d'être riche en vue de Dieu. »

Homélie des 3 et 4 août 2013

18è dimanche - C - 2013

Un homme prend Jésus pour un clerc de notaire et lui demande de régler ses problèmes de partage et d'héritage.
Dommage que Jésus n'ait pas répondu clairement à cette question, car cela aurait pu éviter de nombreuses mésententes et divisions familiales pour cause d'héritage.
Mais voilà, parce que Dieu nous a donné la liberté, Jésus ne veut pas nous décharger de nos responsabilités, ni entrer dans nos stratégies et nos calculs. Il laisse à chacun l'appréciation de ce qui est bien et bon.
Cependant, il ne se prive pas de nous donner des conseils pour atteindre le Royaume de Dieu, donc pour réussir notre vie, la vivre le plus pleinement possible et accéder à un bonheur durable et profond.

Son conseil pour aujourd'hui est simple : " gardez-vous de toute âpreté au gain, car la vie d'un homme ne dépend pas de ses richesses accumulées !".
Ne faites pas de l'argent et des biens matériels la seule valeur de votre vie, car le bonheur n'est pas là.

Jésus, ici, ne conteste pas la valeur des biens matériels : il en faut pour vivre, mais il faut aussi autre chose, car nous ne partirons pas avec ce que nous aurons acquis matériellement.
De plus, ce n'est pas eux qui vont nous rendre heureux aujourd'hui. Le bonheur véritable, nous le trouvons ailleurs.
Nous savons très bien qu'il est là principalement dans des moments de rencontres intenses, des moments où on est bien ensemble, des moments où on se serre les coudes.

Oui, le bonheur est là dans une rencontre amoureuse, dans une soirée amicale, dans l'écoute de celui qui souffre, … nous sommes heureux quand nous pouvons partager notre vécu et celui des autres.
Ainsi, comme pour Jésus, le bonheur se trouve dans la rencontre chaleureuse avec nos semblables….
Des rencontres toutes simples, sans grandes fioritures, sans tralala, … là où est la vraie vie.
Oui, nous savons où est le chemin du bonheur, mais nous n'y croyons pas toujours car la publicité, les appétits mondains, notre besoin de sécurité matérielle nous attirent ailleurs et nous font faire des réserves matérielles en abondance.

Il nous faut donc changer notre fusil d'épaule, revoir le sens que nous donnons à la vie pour donner la 1ère place à des relations de qualité : c'est là qu'il nous faut investir : refuser la débauche, la jouissance immédiate pour soi tout seul,l'égoïsme pour les remplacer par l'accueil de tout être humain, le souci du bien-être de chacun, l'unité entre tous, le don de soi gratuit.
Ce sont là les investissements les plus enrichissants, les investissements que Dieu espère depuis toujours de notre part.

Ne le décevons pas d'autant plus que notre bonheur en dépend pour aujourd'hui et pour toujours.

ARCHIVES De la feuille paroissiale mensuelle

"TRAIT d'UNION" EST LE LIEN MENSUEL ÉDITÉ PAR LE PRËTRE EN CHARGE DU SECTEUR PASTORAL POUR INFORMER SES PAROISSIENS DES ACTIVITÉS PAROISSIALES.

Années par années et mois par mois Ci-dessous les trois derniers mois

  • ARCHIVES Tour de France de Toto

    Imaginé à l'occasion du Tour de France 2009, cette rubrique c'est perpétuée depuis et fêtera son cinquième anniversaire à l'occasion de la centième édition du Tour de France en 2013.
    Un projet d'envergure devrait permettre de fêter dignement ces deux anniversaires - Pour la petite histoire nous ajouterons à ces jubilés le Xème anniversaire de Toto (c'est aussi un chiffre rond)

    ARCHIVES HOMÉLIES

    ARCHIVES OFFICES

    ARCHIVES TRAIT d'UNION

    ARCHIVES TOTO

    texte ou photos